Les bijoux de méditation ou de prière

Les bijoux de méditation ou de prière

Connaissez-vous les bijoux mala ?

LE “MALA” C'EST QUOI ?

La mode du bracelet « rosary » ne vous a pas échappée : les stars comme Jay-Z et Beyoncé , Kanye West, Ashton Kuchter, Mickael Jordan, Paris Hilton, Richard Gere et même Karl Lagerfeld ou encore Boris Becker : ils y succombent tous !

Outre l’aspect « tendance », ces bracelets de perles sont en fait le symbole de l’éveil, ce qui pour les tibétains traduit la rupture avec les préoccupations matérielles et les obligations mondaines.

Le symbole :

REVENIR À L’ESSENTIEL !


 Ce bracelet aussi appelé « Shambhala » ou "Mala" signifie

« Conscience Spirituelle » et « énergie de création » ou bien encore « patience et concentration »

Qu’est ce que le mala ?

Ce bracelet viendrait à l’origine du Tibet mais ne serait attaché à aucune religion en particulier. Il aurait comme pouvoir de promouvoir votre bien être.

En effet car en portant un de ces bracelets vous augmentez la possibilité que votre corps et votre esprit se rappelle à l’essentiel. 

Chaque perle représente le voyage sacré de celui qui porte ce bijou sur la route de l’attention aux autres : prévenance, diligence, joie, tranquillité, concentration et équilibre. 

A l’origine, le « mala » ou « chapelet » accompagne le pratiquant bouddhiste lors de ses prières, il sert à compter les récitations du mantras, qui eux-mêmes sont des formules sacrées et des noms du Divin.

Chaque perle représente une répétition du mantra.

Tradition

Le Meru* est la perle en bout du mala. Elle est différente des autres, parfois plus grosse ou d’une autre forme. Le Meru du bracelet serait un hommage au mont de l’univers, le mont Meru. Celui-ci permet de guider et de constater que le tour de mala (les 108 répétitions ou diviseur de celui-ci) est achevé. Il ne fait pas partie des 108 perles.

Le « mala » des hindouistes ou bouddhistes compte donc habituellement 108 perles ou un nombre diviseur de celui-ci (81, 27, …) il arrive parfois que l’on insère 4 perles plus grosses ou pendentifs symboliques, il s’agit de repères appelés chaturmaharaja.

Les nœuds - Une véritable signature de tradition du mala, les nœuds réalisés à la main ne sont pas seulement un gage de qualité et de résistance, mais ils procurent aussi un espace nécessaire entre chaque perles ou graines pour la méditation et la récitation des mantras.

La floche que l’on nomme le « gland du mala » est considéré comme le symbole de mille pétales de lotus.

Le mala peut se porter soit en bracelet enroulé en plusieurs tours au poignet ou en collier autour du cou.

Tandis que le chapelet des catholiques compte par décades le nombre de perles, un bracelet d’un seul rang compte une décade et un bracelet à enrouler compte plusieurs décades précédées chacune d’une grosse perle. Les perles représentant chacune une prière à réciter.

Ce que l'on appelle les "power bracelets" en pierres fines comptent 21 perles et une plus grosse dite "maîtresse" qui termine le bijou.

Ces nombres de perles bien précis paraissent de prime abord imputable au fait du hasard mais en réalité il n'en est rien.

Prenons par exemple le chiffre 21 équivalant au nombre de perles du bracelet tibétain, il est lié à la multiplication du 3 et du 7, le chiffre 7 occupant une place privilégiée dans la plupart des cultures depuis des milliers d’années et le chiffre trois exprimant la totalité, les 3 dimensions du temps : le passé, le présent et l'avenir.

Ne citons que quelques notions symboliques :

Le 7 est

Le nombre d'ayat dans la sourate al-Fatiha.

Le nombre de cieux dans la tradition islamique. D'où le fameux septième ciel... 

Le nombre de péchés capitaux : luxure, avarice, envie, orgueil, paresse, gourmandise et colère.

Le nombre de couleurs de l'arc en ciel.

Les 7 chakras.

Pour l’Islam, le 7 est le premier chiffre parfait.

Le nombre de branches que possède la « ménorah », chandelier des Hébreux.

En numérologie, le 7 représente la Vie intérieure

Le 3 est

Le nombre représentant la Sainte Trinité.

Le nombre de l'homme car celui-ci est composé d'un corps, d'une âme et d'un esprit.

Le nombre parfait selon les chinois.

Le nombre représentant la Trinité de Bhahma, Vishnou et Shiva dans l’hindouisme

Pourquoi 108 perles ou nombre diviseur de celui-ci ?

Le résultat de 9 fois 12. Deux nombres sacrés dans de nombreuses traditions.

Certains disent qu'il y a 108 Upanishads, ce sont les textes de la sagesse des anciens sages.

Un nombre Harshad, qui est un nombre entier divisible par la somme de ses chiffres (Harshad est du sanskrit et signifie «grande joie»).

Il y aurai un total de 108 lignes d'énergie qui convergent pour former le chakra du cœur

ce nombre possède une forte signification spirituelle. Après avoir récité 100 mantras, huit mantras supplémentaires sont récités pour tenir compte de ceux qui ont été chantés lorsque la concentration a cessé.

Les 108 textes sacrés formant la base de la religion hindoue

Les 108 péchés à éviter

Les 108 vertus à cultiver

Les 108 sentiments (36 pour le passé, 36 pour l’avenir, 36 pour le présent)

Les 108 noms de Bouddha

Les 108 épreuves de Bouddha pour s’élever

Les 108 lettres de l’alphabet sanskrit

Souffrances Spirituelles : Il existe 108 souffrances spirituelles (kleshas) dans le bouddhisme.

Bien souvent, ces bracelets à enrouler autour du poignet peuvent être portés en collier.

 

Pendentifs que l'on peut trouver sur ces bracelets de prière

Le Nœud sans Fin ou Nœud infini tibétain est un symbole bouddhiste qui représente le mouvement de ce qui est éternel, des chemins spirituels qui s’entrelacent et du temps.

La fleur de lotus : Symbole de pureté absolue et de l'Éveil, emblème de l'élévation spirituelle, le lotus a la particularité de prendre racine dans la vase ou la boue, sa tige baignant dans l'eau tandis que sa fleur s'épanouit majestueusement sur l'eau. Intact face à l'impureté, le lotus symbolise la pureté du cœur et de l'esprit.

Le regard de Bouddha : Il n'est ni triste, ni joyeux, ni sévère. Ce n'est pas le regard qui juge ou qui exprime. C'est le regard qui voit, qui sait tout.

Chez les chrétiens

Le chapelet est un instrument de prière. Il est composé de 53 grains.Le chapelet commence par la récitation du Credo (correspondant à La Croix ou à la médaille du chapelet), suivi d'un Notre Père (le premier grain), de trois Je vous salue Marie (le groupe de trois grains suivant, correspondant aux vertus théologales), d'un Gloire au Père (le dernier grain avant la boucle). Ensuite chacune des cinq dizaines récite dix « Je vous salue Marie (le groupe de dix grains) » un « Notre Père » (le grain isolé) et se terminant par un « Gloire au Père ».

Chez les musulmans

Le chapelet ou tasbih est utilisé pour réciter la répétition incluant les 99 noms d’Allah ainsi que la glorification de Dieu après les prières. Il se tient de la main droite.

  * Le Mont Meru, montagne mythique et sacrée, serait le sommet de l’Univers

Laissez un commentaire